NON À LA RÉPRESSION ANTISYNDICALE CHEZ VIRGIN !

Communiqué de presse du 9 décembre 2006
lundi 11 décembre 2006
par  CSR

Amandine, vendeuse vidéo depuis 1998 au Virgin (Groupe
Lagardère) des Grands Boulevards
Paris 2ème et syndiquée SUD, est en mise à pied
conservatoire depuis le 5 décembre dernier suite à un
prétendu incident avec un client. Qui peut le croire ?

Elle est convoquée par le Directeur du magasin et le
Directeur Régional en vue d’un licenciement le 14
décembre prochain… au siège de Virgin à Clichy !

A travers cette procédure, c’est en fait l’engagement
syndical d’Amandine qui est visé :

- en octobre 2005, elle a soutenu les 4 stockistes du
magasin (la totalité de l’équipe !) licenciés
par le Directeur de l’époque,
- en octobre 2006, elle a été auprès d’une caissière
du magasin, victime de discrimination depuis plusieurs
années, qui a fait 4 jours de grève de la faim devant
le magasin pour que la direction reconnaisse
finalement son préjudice,
- en novembre 2006, elle a assisté à son entretien de
licenciement un formateur au siège, finalement viré
après 16 ans de bons et loyaux services,
- elle assiste régulièrement des salarié(e)s dans
d’autres établissements de l’enseigne.
C’est également pour son action dans cette entreprise
à bout de souffle économiquement et socialement que la
direction l’a réprime. Elle est soutenue par le
syndicat SUD. D’autres militants ont déjà eu à subir
des sanctions, sans succès à ce jour. Qui est encore
dupe de tout
cela ?

Amandine sera chaque après-midi devant le magasin 5
boulevard Montmartre (M° Grands Boulevards).

Des rassemblements y sont également prévus :

- mercredi 13 décembre à 18 h et jeudi 14 décembre à
14 h,

- au siège le 14 décembre à 9 h 30 (RDV devant les
grilles des bâtiments du 92 boulevard
Victor Hugo à Clichy la Garenne).

Amandine : 06.62.21.54.83
Laurent (Secrétaire du syndicat) : 06.11.30.16.40
sudvirgin@yahoo.fr


Commentaires  forum ferme

Logo de CSR
lundi 18 décembre 2006 à 20h10 - par  CSR

Nous connaissons bien ce problème. Il se posent surtout pour les syndicats alternatifs comme SUD et la CNT qui doivent subir de la répression judiciaire de la part de patrons comme d’autres syndicalistes.

Ces pratiques sont inacceptables et comdamnables.

Mais cela pose aussi le débat autour de la justification de créer ou pas un syndicat alternatif. Parfois il suffit d’adherer dans les syndicats représentatifs et de virer la bureaucratie pour pour voir s’organiser face au patron.

Le problème est que beaucoup de militants perdent leur temps et leur enérgie à recréer puis faire vivre une structure syndicale alternative qui ne représentera jamais une fraction significative du mouvement syndicale.

Nous ne parlons pas non plus des militants qui se réfugie dans une adhésion idéologique et/ou esthétique sans travail syndical dans leur entreprise car ils ont la trouille de s’affronter réellement et pas qu’en paroles à leur patron.

lundi 18 décembre 2006 à 09h57

La repression antisyndicale c’est aussi lorsque des syndicats dit "représentatifs" qui ne représentent parfois pas grand chose dans une entreprise attaquent en justice d’autres organisations pour les empecher de se présenter aux élections.

Que pensent les CSR de cette pratique ?