Nous sommes tous des receleurs !

Soutenons le journaliste Denis Robert dans l’affaire Clearstream
dimanche 10 décembre 2006
par  CSR

En demandant la mise en examen de Denis Robert, pour recel d’abus de confiance, c’est-à-dire pour avoir récupéré et utilisé pour ses livres et ses films des documents bancaires, le Procureur de Paris, le Ministère de la Justice et ce gouvernement s’en prennent à la liberté d’information. Si une mise en examen devait être prononcée par les juges, ce serait une catastrophe pour l’ensemble des écrivains, des réalisateurs et des journalistes tentant d’exercer leur métier, notamment sur les terrains sensibles de la politique et de la finance.

Sans vouloir prendre position sur le fond des affaires Clearstream, nous affirmons qu’en utilisant les listings de la Banque des banques luxembourgeoise, Denis Robert n’a fait que son travail d’information, révélant le fonctionnement jusqu’alors caché des mécanismes bancaires internationaux visant à l’évasion des capitaux.

Sa mise en examen serait un scandale et ne pourrait être comprise que comme une tentative d’intimidation de toute une profession. Et donc une attaque très grave contre la liberté d’écrire et d’informer.
Signer avec adresse et profession :

Frank Eskenazi (producteur)

Gilles Cayatte. réalisateur

Un comité de soutien à Denis Robert s’est créé en toute indépendance et très amicalement.