Unions Ouvrières et Syndicalisme-Révolutionnaire Allemands (1918-1923)

suivi de "Les formes contemporaines du spontanéisme"
lundi 25 avril 2011
par  CSR

Au gré des luttes, réapparaissent régulièrement des groupes, une mouvance autonome ou des collectifs nourrissant l’espoir et le mythe de soulèvements spontanés d’une classe ouvrière qui devrait en premier lieu s’émanciper de tout projet organisationnel.

Contre l’ignorance des précédents historiques, ces initiatives sont à
relier aux grandes expériences spontanéistes allemandes des années 20 : le conseillisme et l’ultra-gauche.

Les conseils ouvriers apparaissent en 1918 dans les derniers mois de la guerre comme le moyen de mettre fin à la monarchie et amener la
Révolution socialiste. Après l’échec et la répression, les Unions ouvrières se constituent pour réunir les travailleurs révolutionnaires sur une base politique, ils entendent ainsi maintenir l’héritage de la Révolution allemande avortée.

Les débats philosophiques prennent le dessus sur la question stratégique et les conquêtes immédiates : de crises en scissions, le mouvement s’effondrera dans ses divisions et un sectarisme accentué par l’intervention politique extérieure.

Unions Ouvrières et Syndicalisme-Révolutionnaire Allemands (1918-1923)


L’exemplaire est à 2 euros (port en plus) et disponible en envoyant un message