Casse du Bac Pro Forêt : le double discours du Ministère de l’Agriculture sur l’Hygiène et la Sécurité au Travail en Forêt.

vendredi 15 octobre 2010
par  James Connolly

Les CSR ont dénoncé la mise en place du bac professionnel 3 ans en se basant sur deux points : l’un rabâché sur l’économie budgétaire qu’elle permettait pour l’Etat , mais surtout sur la casse flagrante du diplôme, de nos conventions collectives, de nos métiers, et de nos savoir-faire...

La diminution drastique d’heures de formation pratique pour les futurs ouvriers forestiers, dénoncée dans le communiqué ci-dessous, en est un exemple parmi tant d’autres...

Nouveau Bac Pro forêt : Refuser la mise en danger des élèves et des futurs professionnels

Communiqué des organisations syndicales représentées à la CNS « Aménagement » du Ministère de l’Agriculture

Après une année de travail, le référentiel de formation du nouveau Bac Pro forêt (ex GCCF) a été présenté le 1er décembre à l’ensemble des organisations professionnelles et syndicales du secteur de l’aménagement lors de la Commission Nationale Spécialisée (CNS Aménagement).

Un secteur à très haut risque

Depuis le début des travaux, nos organisations syndicales, les représentants les personnels de l’enseignement agricole
(SFOERTA-FO, SGEN CFDT, SNETAP FSU, SYAC CGT) et les salariés de l’agriculture et de la forêt (FNAF CGT) n’ont eu de cesse d’alerter la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche lors des deux précédentes réunions de la CNS sur les forts enjeux en matière de sécurité dans le secteur des travaux forestiers :

- Dangerosité des activités : avec 156,8 accidents du travail par million heures travaillées (chiffres MSA 1999) l’ exploitation forestière est le secteur le plus dangereux de notre ministère. Il est 5 fois plus
dangereux que l’ensemble du secteur des salariés de l’agriculture (33,8 accidents du travail par million heures travaillées). Il faudrait ajouter à ces chiffres les accident du travail des actifs non salariés (entrepreneurs) qui sont majoritaires dans ce secteur.

- Fort "turn over" des salariés : selon les chiffres de la MSA, en 2006 il y avait 26% de "turn over" par an en sylviculture et 43% de "turn over" par an en exploitation forestière.

- Majorité d’accidents du travail en début de carrière : 52% des victimes d’accident du travail ont une ancienneté inférieure à 2 ans.

56 heures de chantier école, c’est ridicule !

Lors de la semaine d’écriture du référentiel de formation à Dijon fin octobre 2010, les enseignants convoqués, en préalable aux travaux, ont rappelé leurs très fortes inquiétudes suite à l’annonce du cadre de travail et des volumes horaires proposés pour la formation pratique : 56 heures de chantiers école sur deux ans.

Selon nos calculs, une telle proposition conduit à la perte d’au moins 200 heures de travaux pratiques renforcés (TPR)...

Pour lire la suite...


Six nouvelles organisations se sont associées au communiqué : la CGT Forêt (personnels ONF), le SEA Unsa (Personnels enseignement agricole), le SNPEFP agri - CGT (Personnels enseignement agricole privé), le SNUPFEN - Solidaire (Personnels ONF), SUD Rural (Personnels MAAPRAT) et l’UNSA Agrifor (Personnels MAAPRAT et CRPF) sont solidaires de nos démarches auprès du ministre pour le renforcement de l’enseignement des aspects hygiènes et sécurité

De plus, la FNSPFSP (Fédération Nationale des Syndicats de Propriétaires Forestiers Sylviculteurs Privés) intervient auprès de la Direction Générale de l’Enseignement et de la Recherche sur les aspects "Hygiène et sécurité" du nouveau bac pro Forêt.


Documents joints

Communiqué intersyndical
Communiqué intersyndical

Navigation

Articles de la rubrique

  • Casse du Bac Pro Forêt : le double discours du Ministère de l’Agriculture sur l’Hygiène et la Sécurité au Travail en Forêt.