Syndicalisme inter pro et répression anti syndicale à La Poste

mercredi 30 décembre 2009
par  CSR

Un militant de SUD-PTT est attaqué par la direction de la Poste parce qu’il s’est solidarisé avec les travailleurs licenciés d’une entreprise concurrente.

Un patron voyou :

Alternative Post est une société indépendante créée en 2007
spécialisée dans la distribution du courrier adressé, et qui avait
prétendu concurrencer La Poste sur ce marché. Celle-ci employait 340
salariés, était présente dans 13 villes de France et connaissait des
difficultés financières depuis le début de l’année. Le 12 novembre
dernier, les salariés qui n’avaient pas touché leur paie d’octobre,
ont trouvé leurs agences fermées, le patron profitant du 11 novembre pour
récupérer le matos informatique sur la plupart des sites. Très vite, les
salariés s’organisent épaulés par FO, majoritaire dans l’entreprise,
pour récupérer leurs salaires et obtenir une lettre de licenciement.

Une revendication inédite et interpro :

La fédération SUD PTT et son syndicat postal parisien tiendront alors
une position revendicative jusque là inédite dans La Poste ;
l’embauche, ou plutôt le reclassement, des 340 salariés d’Alternative
Post dans La Poste. SUD se basait sur un constat simple pour cela ;
Alternative Post distribuait les programmes Canal +, Canal Sat, TF1, et
comptait aussi comme clients la SNCF, les Galeries Lafayette, Leroy
Merlin… Tout ce trafic courrier n’allait pas se volatiliser dans la
nature, et c’est bien La Poste, seul et unique opérateur sur le marché
du courrier adressé depuis l’arrêt de cette activité par Adrexo en
février 2008, qui allait récupérer le trafic ainsi que tout le chiffre
d’affaire généré. Une sorte de réintégration de l’activité dans
l’opérateur historique postal, qui depuis des années et des années,
supprime des tournées et du personnel, en prétextant, entre autres, les
passations de marché courrier vers la concurrence.
Une revendication essentielle mais difficile à populariser en raison
d’une propagande interne postale désignant systématiquement l’ennemi
extérieur qui allait prendre des parts de marché à La Poste et mettre
les postiers au chômage. Propagande patriotique à laquelle les syndicats
adhérent encore globalement…

La fédération SUD PTT mena campagne pour réaffirmer, preuve cette fois
à l’appui, que La Poste n’avait jamais été concurrencée
commercialement sur le marché du courrier adressé, et que les patronats
postaux n’organisaient qu’une seule concurrence, celle entre
travailleurs afin de baisser les coûts du travail. Une sorte de
sous-traitance d’activités, déguisée en concurrence commerciale pour
effrayer les postiers et affaiblir les revendications.

Délit de solidarité : un permanent SUD postaux Paris mis à pied !

Uniquement pour être allé soutenir les salariés d’Alternative Post
qui bloquaient un centre de tri de La Poste dans le 18ème pour réclamer
leur embauche le 18 novembre dernier, Olivier ROSAY, un permanent du
syndicat SUD PTT Paris a été suspendu de fonction sur le champ par La
Poste. Une procédure disciplinaire est ouverte à son encontre qui se
soldera par un conseil de discipline, avec l’interdiction formelle de
pénétrer dans tout centre ou service de La Poste pour distribuer des
tracts, faire des heures d’infos ou participer aux réunions de dialogue
social avec la direction. Derrière l’accusation bancale de La Poste de
participation au blocage d’un centre de tri, c’est bien d’un délit
d’opinion dont il s’agit et du refus de La Poste de voir ses agents se
solidariser avec ceux des sociétés concurrentes ou sous-traitantes.

Une déclaration commune des syndicats postaux parisiens CGT, SUD, FO,
CFDT et CFTC de demande de réintégration immédiate d’Olivier a été
diffusée, des actions de solidarité afin de faire cesser les conseils de
discipline anti-syndicaux à La Poste sont prévues, le projet d’une
manifestation d’ampleur contre la répression anti syndicale est à
l’ordre du jour.