TVA sociale contre le salaire socialisé : une conclusion temporaire

mercredi 5 août 2009
par  James Connolly

Parler de « TVA sociale » est un non-sens. La TVA est profondément antisociale.

La « TVA sociale » conduit à une dévalorisation du travail et à un partage de la valeur ajoutée encore plus favorable au Capital.

Elle remet en cause le mode de financement de la protection sociale fondée sur le travail. Elle ne permet pas de créer plus d’emplois. Au
contraire, elle risque de peser sur l’emploi et accentuer les inégalités sociales.

Les partisans de la « TVA sociale » font l’impasse sur la vraie cause des délocalisations qui est la course aux profits pour les actionnaires. En la proposant, ils veulent en fait mettre en concurrence les travailleurs
français avec ceux des autres pays. Il est donc plus juste donc de qualifier cette idée de « TVA patronale ».

Pour justifier cette idée, ses partisans font référence au cas allemand où le taux de TVA a été majoré récemment de trois points. Cette référence est inacceptable puisqu’elle signifie que chaque pays européen devrait s’engager dans une course à la concurrence fiscale et sociale contre ses voisins.

Dans l’optique des travailleurs, l’Europe et le Monde ne doivent pas être un espace de concurrence au profit du capital. Au lieu de mobiliser les travailleurs français autour des thématiques de concurrence et de bataille
économique, les politiciens feraient mieux d’intervenir dès aujourd’hui en Europe pour exiger des coopérations, des harmonisations dans les
domaines fiscal et social..