Combattre le racisme au travail

dimanche 26 avril 2009
par  CSR

Certains collègues de travail, sous prétexte qu’ils aient une couleur de peau différente, deviennent les victimes de jalousie et de soi disantes plaisanteries à caractère racial. Pour certains, cela peut même allé jusqu’à un véritable harcèlement moral, voire physique et raciste par une partie de son équipe de travail.
C’est sûr, c’est toujours plus facile de s’en prendre à un ouvrier de couleur tout seul que d’affronter les patrons qui sont les responsables de notre situation !

Nos collègues colorés, c’est plusieurs fois par jour depuis tout petit, qu’ils doivent supporter des blagues sur la couleur de leur peau. De la part de certains, ce n’est d’ailleurs plus de l’humour mais de l’injure. Les comportements racistes doivent cesser dans les entreprises.

Entendre 15 fois les mêmes « blagues » , cela devient du harcèlement quotidien. Même si on n’est pas raciste, nous devons nous rendre compte que faire des blagues sur la couleur de peau finit par être lourd pour les collègues concernés et attaque la santé morale et physique des travailleurs victimes.

A la CGT, nous avons confiance dans la majorité des travailleurs qui ne sombrent pas dans ces comportements. Et nous vous encourageons à réagir collectivement devant de tels cas.

On juge les hommes et femmes à leur comportement dans la vie en société dans la manière de faire face avec intelligence au difficultés de la vie, de la collectivité et sûrement pas à leurs différences physiques.

Ce qu’ont subi des collègues de couleur n’est pas étranger, si l’on peut se permettre ce mot, à une montée du racisme dans le pays. Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés à une montée du racisme qui correspond à une crise économique subie par la population.

La CGT combat le racisme à l’EIMB mais aussi dans le pays. Face à l’exploitation de la misère par le patronat, la CGT organise les travailleurs étrangers avec ou sans-papiers, pour qu’ils bénéficient des mêmes conditions que tous les autres travailleurs. C’est ce que nous avons fait sur les chantiers de l’Atlantique à St-Nazaire pour les indiens et polonais mais aussi dans le bâtiment en Savoie.

C’est en luttant comme la CGT le fait, pour une répartition mondiale des richesses et la réduction du temps de travail que l’on résoudra les problèmes de chômage et de misère. S’en prendre aux immigrés ou aux travailleurs de couleurs ne sert à rien, c’est bien le capitalisme qui est responsable de nos problèmes.

[*Articles du Code Pénal condamnant le racisme*]

Article R624-3 La diffamation non publique commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe. Est punie de la même peine la diffamation non publique commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap. Article R624-4 L’injure non publique commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la 4e classe. Est punie de la même peine l’injure non publique commise envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap.

SECTION 3 : De la provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence

Article R625-7 La provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée est punie de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe.

Article 131-13 Constituent des contraventions les infractions que la loi punit d’une amende n’excédant pas 3 000 euros. Le montant de l’amende est le suivant : 1º 38 euros au plus pour les contraventions de la 1re classe ; 2º 150 euros au plus pour les contraventions de la 2e classe ; 3º 450 euros au plus pour les contraventions de la 3e classe ; 4º 750 euros au plus pour les contraventions de la 4e classe ; 5º 1 500 euros au plus pour les contraventions de la 5e classe, montant qui peut être porté à 3 000 euros en cas de récidive lorsque le règlement le prévoit, hors les cas où la loi prévoit que la récidive de la contravention constitue un délit.

NOTA : Loi nº 2005-47, article 11 : Ces dispositions entrent en vigueur le premier jour du troisième mois suivant sa publication. Toutefois, les affaires dont le tribunal de police ou la juridiction de proximité sont régulièrement saisis à cette date demeurent de la compétence de ces juridictions.