NON Il n’y a pas de déficit de la Sécurité sociale !

lundi 30 octobre 2006
par  CSR

Depuis des mois s’est engagé un processus visant à mettre en œuvre une véritable contre-réforme de privatisation de l’Assurance maladie, après celle des retraites. Le prétexte avancé pour justifier ce gigantesque recul social, auprès de l’opinion publique, serait le déficit “abyssal” de la protection sociale.
Les chiffres les plus farfelus sont avancés pour conditionner les assurés sociaux. Or, la réalité n’est pas celle-ci. Nous avons affaire à un véritable mensonge d’État répété comme une litanie par les gouvernements successifs depuis des décennies.

Par exemple, la Cour des comptes a récemment pointé le pillage des fonds collectés pour la Sécurité sociale par l’État et non reversés, se détaillant de la façon suivante :

2,7 milliards d’euros au titre des taxes sur l’alcool,
8 milliards au titre du tabac,
3 milliards en provenance des taxes sur l’automobile,
0,4 milliard de la prévoyance d’entreprise,

auxquels s’ajoutent 2 milliards d’exonération au titre de l’emploi systématiquement non compensées.

Soit 16 milliards d’euros volés à la Sécurité sociale !

Si les cotisations des assurés sociaux n’étaient pas littéralement pillées et détournées de leur destination d’origine, il n’y aurait pas ce déficit fabriqué de la Sécurité sociale et la contre-réforme n’aurait plus aucune apparence de fondement.
Nos groupements mutualistes décident donc de tout entreprendre pour rétablir la vérité pour sauver la Sécurité sociale de 1945 et pour le retour à ses principes d’origine.

Nos mutuelles refusent tout transfert de charge des régimes obligatoires d’assurance maladie vers les “complémentaires” : assurances privées, mutuelles, institutions de prévoyance.
Nos mutuelles refusent toute conception marchande de la santé. L’action menée avec succès par 107 mutuelles contre le décret Jospin du 2 mai 2002, qui a aggravé considérablement les conséquences financières des directives européennes et qui a abouti à la disparition de 4 500 mutuelles sur 6 000, montre qu’il est possible de résister et de défendre l’œuvre de nos aînés.

En effet, l’action commune de nos 107 mutuelles a permis, qu’à terme, l’avenir des petites et moyennes mutuelles soit préservé.
Nous considérons qu’il est devenu indispensable que se réalise l’action commune la plus large en vue d’une manifestation nationale de défense de la Sécurité sociale pour stopper sa privatisation et sa destruction.

Christian Eyschen, Mutuelle Générale des Employés et Cadres,
Bernard Paillot, Union Nationale des Groupements Mutualistes Solidaires,
A.J. Biberian, Mutuelle Mutane Provence de Marseille,
Maurice Geyler, Mutuelle du Personnel de Matra-Hachette,
Claude Peyre, Mutuelle du Personnel des Organismes Sociaux de Midi-Pyrénées.


Pour tout contact :
MGEC 51 rue Duhesme - 75018 Paris.
Tél 01 42 51 75 71 - Fax 01 42 51 75 72 Mail : mgec@wanadoo.fr
UNGMS 80, bd Georges Sand BP 294 - 36066 Châteauroux cedex Tél 02 54 34 77 51 - Fax 02 54 07 49 32


Commentaires  forum ferme

Logo de CSR
vendredi 1er décembre 2006 à 14h11 - par  CSR

D’ou tiens -tu ces chiffres ?

Logo de CORSICA88
jeudi 30 novembre 2006 à 20h59 - par  CORSICA88

ce sont 170 milliards que les patrons doivent à la sécu :

exonéerations de charges et non paiements

Site web : LA SECU