Jaunisse caractérisée pour la CGT d’Altran Paris Neuilly

vendredi 5 septembre 2008
par  James Connolly

Les lecteurs assidus se souviendront que nous avions consacré un article spécifique à la grève d’Altran Sud-Ouest et à ses spécificités, notamment le concept de "grève à la japonaise"...Aujourd’hui, nous nous repenchons sur cette affaire afin d’illustrer les difficultés pour se débarrasser au sein de la CGT d’une organisation jaune, dans ce cas précis les jaunes d’Altran hébergés par l’Union Locale CGT de Neuilly.

Retour sur les faits...

Pour ceux qui ne connaissent pas Altran, il suffit de dire que cette boîte vend au mois des ingénieurs pour intervenir dans les services d’ingénierie de grands établissements (Airbus, Siemens, Astrium, Thalès…). Des grèves, il n’y en avait jamais eu avant celle de l’année dernière dans le groupe Altran, les salariés sont en effet des ingénieurs gentils et pas turbulents, peu enclins à la lutte collective par nature...

Toutefois l’année 2007 a marqué un tournant dans cette belle entreprise, la fusion d’Altran Technologies avec Réalix Technologies et Logiqual début 2007 avait déjà conduit il y a quelque temps la direction à reculer et accorder un CE spécifique au Sud-Ouest.

Fin 2007, le ras-le-bol s’est généralisé à l’ensemble des salariés et ce sur des motifs très spécifiques, un séjour de travail du staff managérial à Prague (comprenant karting, jeu de piste, animations d’escrime médiévale, boisson à volonté, etc.) et aucune participation malgré les fabuleux bénéfices dégagés au niveau d’Altran Sud Ouest, sous prétexte d’éponger les dettes du groupe...

Suite aux différentes actions entreprises durant le premier semestre 2008, leurs revendications sont certes restées sans réponse. Celles-ci reposaient principalement sur la suppression d’avantages liés à leurs sociétés d’origine depuis la fusion avec Altran (participation, frais de déplacement, congés enfants malades, jours d’ancienneté, tickets restaurant…).

Mais ce remue-ménage n’était pas du goût de tout le monde....

Au début de la grève, les camarades CGT de Toulouse et Lyon pensaient que leurs délégués parisiens étaient "mous" et pas très démocratiques, une proposition [1] avait été faite aux organisations CGT concernées afin d’établir un fonctionnement démocratique au sein des collectifs Altran de la CGT.

Celle-ci n’eut pas de suite, et même mieux...

Durant la grève, les délégués parisiens d’Altran se sont révélés être des briseurs de grève au service du patronat...En effet, durant le conflit, les délégués syndicaux de Toulouse et Lyon, dont les mandats étaient réalisés par la Fédération CGT des Sociétés d’Etudes, étaient démandatés par l’UL CGT Neuilly...

Dans la foulée, son SG mandate un ingénieur toulousain inconnu au bataillon et la boîte lui paye les frais de déplacement à Paris afin de rencontrer les jaunes de Neuilly...La rencontre impromptue de ce "nouveau camarade" avec les gardes rouges toulousains reconstitués a conduit à une démission rapide, et ceci sans violence...

Les militants CGT de Lyon et Toulouse ont tenu à répondre à cette attaque provenant du sein même de leur organisation par la publication d’un tract...

Nous citons...en tronquant certains passages...

La CGT ALTRAN PARIS/NEUILLY : briseurs de grève

« - Suite à un fonctionnement anormal et anti-statutaire imposé par le DS Central..., tous les mandats CGT ALTRAN (que ce soit DS Central, DS Groupe, DS en province) ont été désignés par l’UL de Neuilly dont ... est le Secrétaire Général.

- Le numéro 2 d’ALTRAN était également vice-président de l’UIMM jusqu’à sa mise en examen ; nous savons qu’il a parfois institué des rapports particuliers avec des syndicalistes chez ALTRAN.

- Un mouvement de grève est apparue depuis 3 mois sur Toulouse chez ALTRAN Sud Ouest et toutes les personnes actives ou soutenant réellement la grève (4 au total) se sont faites démandatées dans la deuxième quinzaine de Février ; ces démandatements ont été effectués par le SG de l’Ul de Neully sur instruction du DSC.

-  Les 3 personnes actives dans la grève qui ont été démandatées n’ont pas été prévenues, ni par le SG, ni par le DSC ni par quiconque ; ces 3 personnes ne connaissent ni la raison d’un tel geste ni le pourquoi de telles méthodes.

-  Depuis, le DS Groupe adjoint nous exclut systématiquement de la délégation CGT sur les cycles de négociations que nous avions pourtant commencés à Paris, pour être remplacés par des personnes qui ne sont pas des militants CGT : une élue CFE-CGC y a même été invitée afin de nous barrer la route).

-  Suite à ce qui nous arrive et aux différentes expériences qu’on a des rapports Direction ALTRAN et Syndicats, nous n’avons plus aucune confiance ; d’autant moins que sur les 4 DS de l’intersyndicale toulousaine, nous sommes 3 en tout à avoir subi des pressions ou tentatives identiques et simultanées de la part de nos DS centraux. »

Jaunes, me direz-vous, l’accusation est forte...

L’UL de Neuilly, outre sa localisation, a la particularité de ne pas avoir sur son territoire de site du groupe Altran Technologies...Elle n’a pas hésité à désigner des délégués sur l’ensemble de la France ; ces militants insultent impunément des collègues de travail, les démandatent sans les prévenir, assignent en justice d’autres organisations CGT, dont leur propre fédération...

Et comble du comble, alors que les structures toulousaines et lyonnaises concernées demandaient l’arbitrage de la Conf au titre de l’article 24 des statuts, voici ce que répond le DSC d’Altran, mandaté par son ami le secrétaire de l’UL CGT Neuilly à sa fédération...

Sous prétexte que le secrétaire fédéral a mené "une enquête à charge à la demande de 2 ex-DS CGT" [2], "d’importuner des militants CGT d’Altran" [3], "de créer la zizanie dans le groupe Altran" [4], le DSC automandaté conclue ainsi son courriel : « Par voie de conséquence, les militants (DS ou non) CGT d’Altran ne se rendront pas à cette réunion. Toutefois, ce n’est pas parce que j’annule votre réunion que nous refusons le dialogue. Nous n’avons rien à cacher.
Et nous n’avons pas non plus pour habitude de mener des enquêtes à charge en catimini afin d’imposer une réunion avec notre propre ordre du jour. C’est la raison pour laquelle les militants CGT d’Altran vous convient à une réunion, à leur UL de Neuilly.CGT Altran. »

Nous ne pouvons que constater leur fonctionnement démocratique et fédéraliste...En suivant, l’UL CGT Neuilly assignait en justice la fédération et comble de l’ironie, la fédération perdait le droit de désigner des délégués syndicaux centraux au bénéfice d’une Union locale jaune...Le jugement n’est toutefois pas si catastrophique que ça mais re-souligne l’importance des statuts dans les affaires juridiques et la nécessité de réagir vite et de surveiller les organisations CGT dont nous soupçonnons les dérives...

Dernières nouvelles

La Fédération CGT du Commerce a reçu une demande d’adhésion provenant des jaunes de Neuilly au titre d’un syndicat national CGT Altran...Bien évidemment, cette création a été bloquée, mais nous nous attendons au pire...La fédération ou la Conf oseront t’elles contester cette création ?

Pour le reste, la désignation de la DS de Lyon a aussi été contestée devant les tribunaux par les jaunes de Neuilly...

L’UL Neuilly tracte le siège de notre confédération

Dans un tract (fourni en pièce jointe) distribué lundi matin 8 septembre, par 3 personnes, les jaunes de Neuilly "section CGt-Altran" demandent la dissolution de la Fédération des Sociétés Des Etudes "qui ne respecte[rait] pas les statuts de la CGT" et "l’exclusion de ses dirigeants", de "pouvoir créer son syndicat d’entreprise" (sans l’avis des syndiqués de Toulouse et de Lyon bien évidemment)...

Il nous faut préciser pour être honnête qu’il s’agit de la première action de tractage organisée par les jaunes sur Paris, depuis le tractage d’Axa, lors duquel, la rumeur court, le DSC s’était débiné...

Nous proposons aux camarades membres des organisations syndicales concernées de prendre au mot les "jaunes de Neuilly" et de demander conformément aux statuts de notre confédération l’application de l’article 25...

A suivre...


Pour ceux et celles qui souhaiteraient connaître l’identité des intervenants, je vous renvoie au jugement du TPI...A bon entendeur salut...


[1Motion d’Unité et de Consultation

[2démandatés en plein grève sur ordre d’un DSC totalement absent du conflit

[3en fait sa bande

[4on notera la confusion des genres entre la CGT et sa boîte


Documents joints

Jugement TPI
Jugement TPI
Tract Altran Jaunes CGT à Montreuil
Tract Altran Jaunes CGT à Montreuil