Pour une organisation unitaire regroupant tous les étudiants en lutte !

dimanche 6 janvier 2008
par  CSR

Chers camarades,

Veuillez trouver ci-joint le tract fait par des étudiants en lutte de Paris VII pour une Organisation étudiante unitaire de lutte pérennisant les comités de mobilisations dans toutes les facs et regroupant l’ensemble des étudiants en lutte, qu’ils soient déjà organisés ou non.

Nous appelons à l’ouverture des discussions, dans tous les comités de mobilisation/AG/syndicats ... sur la forme, le contenu et le calendrier d’une telle organisation.

Merci de nous faire parvenir votre avis et/ou l’avis de vos comités/AG/syndicats ... en nous écrivant un email ou en nous appelant (voir nos coordonnées ci-dessous) et de faire circuler largement ce tract.

Salutations de lutte,
Des étudiants en lutte de Paris VII
Contact : 06.10.54.98.40 ou orga.etudiante.lutte@gmail.com
Web : http://orga.etudiante.lutte.googlepages.com/

L’absence d’une organisation étudiante unitaire de lutte à l’échelle nationale a été préjudiciable pour le mouvement en cours contre la LRU :

• une telle organisation aurait pu lancer une campagne massive dès la parution du rapport Hetzel en octobre 2006, préparant efficacement les étudiants au combat inévitable contre la LRU

• une telle organisation aurait pu impulser partout, de manière coordonnée et en surmontant les divisions syndicales/politiques existantes, des perspectives concrètes pendant la mobilisation : auto-organisation, grève, blocage, convergences interprofessionnelles, etc.

Sur la lancée de la LRU, Sarkozy et son gouvernement programment déjà de nouvelles attaques contre la Licence et le statut des personnels, et de façon générale, contre l’ensemble des travailleurs (flexibilisation du marché du travail, retraites, etc.)

Il est donc nécessaire de pérenniser, sous la forme d’une organisation unitaire de lutte, les comités de lutte existant actuellement dans les facs mobilisées, en les coordonnant à l’échelle nationale (de la même manière que les Coordinations nationales actuelles). Une telle organisation dépasserait en les regroupant les structures de lutte existantes et accueillerait massivement des étudiants non encore organisés. Si une telle organisation voyait le jour, elle serait indiscutablement un instrument très efficace pour résister aux prochaines attaques de Sarkozy.

D’ores et déjà, cette proposition d’une organisation unitaire de lutte a été adoptée par l’AG de Paris VII, et sous une forme proche, par l’AG de Marseille Saint-Charles (voir motions ci-dessous). Elle a également été débattue lors de la Coordination nationale de Toulouse du 15/16 décembre et a recueilli le vote de deux délégations (Paris VII et Toulouse III) sur les quinze présentes, les autres délégations n’ayant pas pris part au vote car la question n’avait pas été posée préalablement dans leur AG. Elle sera donc redescendue dans les AG et rediscutée à la prochaine Coordination nationale.

Nous appelons les AG et des comités de lutte de toutes les facs à ouvrir la discussion sur cette organisation unitaire (sa forme, son contenu – qui pourrait partir des appels des précédentes Coordinations nationales, son calendrier,...) et à mandater des délégués à la prochaine Coordination nationale sur la base de cette discussion.

Nous appelons toutes les structures de lutte existantes, notamment les syndicats et les fédérations syndicales étudiants (FSE, SUD-Etudiant, TUUD, CNT, AGEN, AGEC, SEUL,...) à participer pleinement à cette initiative.

Extrait de la motion adoptée par l’AG des étudiants de Paris VII

L’AG de Paris VII considère qu’une nouvelle organisation étudiante de lutte, regroupant tous les étudiants qui participent au mouvement en cours, qu’ils soient déjà organisés ou non, sera un instrument très important pour résister aux futures attaques du gouvernement de Sarkozy contre l’Université et l’ensemble des travailleurs.
Nous appelons à l’ouverture des discussions sur le contenu et la forme de cette nouvelle organisation dans toutes les AG et comités de mobilisation, en partant par exemple des appels des précédentes Coordinations nationales. [...]

Extrait de la motion adoptée par l’AG des étudiants de Marseille Saint-Charles

[...] Nous appelons toutes les universités à poursuivre leur comité de mobilisation, de lutte / A.G de lutte avant, pendant et après les vacances de Noël, avec pour objectif de préparer un « tous ensemble » pour 2008 [...]
Il faut faire cependant attention au caractère caduque des comités de mobilisation, de lutte / A.G de lutte dont la pérennité est souvent remise en cause après les mouvements. Que la solution soit associative, syndicale, ou autre, il appartient à chaque université mobilisée de choisir son mode de pérennisation. [...]

Tract fait par des étudiants en lutte de Paris VII, syndiqués et non syndiqués
Contact : 06.10.54.98.40 ou orga.etudiante.lutte@gmail.com
Web : http://orga.etudiante.lutte.googlepages.com/


Commentaires  forum ferme

jeudi 5 juin 2008 à 01h01

Juste pour information la TUUD n’est une organisation syndicale étudiante mais bel et bien une Tendance minoritaire du syndicat étudiant UNEF. Il serait peut-être temps de considérer qu’au niveau étudiant, pour une intersyndicale ou une organisation unitaire, il faudrait plutôt s’adresser à l’UNEF dans sa globalité et non pas juste une de ses tendances.

Fraternellement, un syndicaliste étudiant pour un syndicalisme de lutte et unitaire.

Logo de Pseudo
dimanche 27 janvier 2008 à 01h21 - par  Pseudo

Je partage ce constat que la LCR se sert souvent de SUD comme un paravent, ou en fait une coquille vide tellement ses militant-e-s s’en occupent peu (vu qu’ils privilégient leur orga politique). On est bien d’accord là dessus.Et au-delà de la ligue, que se soit de la part des trotskystes ou des libertaires, SUD étudiant est trop souvent coloré rouge ou noir selon les sections.

Mais bon il nous faut quand même réfléchir à des pistes tactiques vu l’échec du mouvement. (Et je répond d’individu à individu, hein, je veux pas me servir de ce site pour prémâcher des débats FSE)
Bien sûr je préfèrerais voir la FSE enfler, mais je doute qu’elle y arrive avant que tout-e-s les syndicalistes de luttes soient balayé-e-s des facs :
- sélections sociales, donc moins d’étudiant-e-s prolétaires, donc moins de militant-e-s
- nouveaux conseils avec moins d’élus, donc difficultés d’en avoir pour nous, ce qui peu être très gênant : pas de locaux, pas le droit de differ dans certaines facs si on est pas représentés, etc..

Enfin c’était juste pour dire qu’une recomposition syndicale c’est, à mon avis, plus efficace que cette belle déclaration de "on va tout réinventer", qui me parait bien illusoire.

mardi 22 janvier 2008 à 13h22

Si, à Aix, on a fondé la FSE alors qu’existait déjà Sud, c’est pas pour un plaisir de division, ou une histoire de chapelles...

Nous avons surtout été contraint de monter la fse, parce qu’aucun travail syndical n’était mené. La LCR se sert de Sud
chez nous comme paravent syndical à leur organisation politique. Ils ont des pratiques dégueulasses (détournement de listes de contact, non-respect des mandats d’AG, court-circuitage des AG)...

Ils sont de plus les rois des fausses cartes.

On ne veut pas être la caution syndicale de la LCR 13. On ne peut s’allier avec eux.

Logo de Pseudo
mercredi 9 janvier 2008 à 23h26 - par  Pseudo

J’irai pas jusqu’à dire que l’intersyndicales FSE/SUD a été si mauvaise que ça pour lancer le mouvement sans les médias ni l’UNEF.
L’intersyndicale à des la parution des rapport Hetzel et Goulard mené campagne sur ces textes.
Pour avoir passé mon 2e semestre 2006/07 a préparer le terrain en faisant de l’info et en annonçant la lutte à venir, je sais de quoi je parle.
Cette intersyndicale (puis interorga) a été capable de lancer le mouvement dans 20 facs en même temps et de lancer les premières coordinations sans qu’elles soit mangées par la majo de l’UNEF.

Mais effectivement une recomposition ne fairait pas de mal. Même si nous avions gagné il aurait fallu ne pas s’endormir sur nos lauriers et profiter de la dynamique unitaire pour la mener. Et comme nous avons perdu, il faut bien voir que même avec le maximum de nos forces nous ne sommes pas encore assez fort.

Je ne pense maleureusement pas que cette initiative : créer une organisation "de rien" à partir des outils d’un mouvement (AG et comités) soit la bonne stratégie.

Il me semble qu’il faut passer par une fusion de SUD et de la FSE, dans la perspective qu’une future organisation unitaire motive à s’organiser les gens qui se méfient de la division syndicale.
Sur ma propre fac (Toulouse Mirail) si on réuni les gens de la FSE, de SUD, et ceux qui ne se syndiquent pas pour ne pas avoir à choisir, on serait rapidement une centaine.

Si je pense que l’on ne peut compter que sur ces organisations (et les on organisés) c’est parce que :
- la CNT ne renoncera pas... à la CNT et ses référence libertaires, et qu’elle ne veut pas faire de syndicalisme étudiant (les CNT des facs sont des CNT santé-social-éduc ou supérieur-recherche, bref des syndicats de branches et pas étudiants)
- de la même manière des orga type AGEN ne lâcheront pas leur références politiques pour une orga unitaire.
- Je ne pense pas que la TUUD sortira de l’UNEF

Il faut inciter les étudiant-e-s à rejoindre SUD ou la FSE là ou elles existent, où à monter des syndicats là où il n’y en a pas et à rejoindre l’une ou l’autre des fédés. S’ils veulent, comme nous, une nouvelle orga plus grande et plus puissante, il faut qu’ils poussent dans les syndicats qu’ils rejoignent à cette recomposition.

Je ne manquerai pas de porter le débat sur cette initiative dans la prochaine réunion de section de mon syndicat FSE.