Public et privé en grève le 18

samedi 6 octobre 2007
par  CSR

Ensemble Salariés du privé, de la fonction publique,
des services publics, chômeurs et retraités

Il faut se mobiliser et agir
Grève et Manifestations
Jeudi 18 octobre 2007
A Nantes, Place du commerce à 10H30
A Saint-Nazaire, Place de la gare à 10H30

Les déclarations du Président de la République, relatives :

• au devenir du statut social français,
• à la dite modernisation de la fonction publique,
• aux régimes spéciaux de retraites des cheminots, des agents
EDF-GDF,

Expriment la volonté du chef de l’état et du 1er Ministre de casser :
• les statuts sociaux,
• les garanties collectives,
• nos systèmes de retraites qui reposent sur la solidarité.

Les annonces du Président de la République et du gouvernement de ces dernières semaines sont
sans ambiguïté. Il s’agit de faire passer « à marche forcée » la politique de réduction du coût du travail et
des déficits publics exigée par l’Union européenne et de satisfaire les exigences du MEDEF, de poursuivre
cette politique en « pénalisant » ceux qui vivent de leur travail, qu’ils soient fonctionnaires, salariés du secteur
privé, retraités ou chômeurs :

Ces choix du Président de la République et du Gouvernement satisfont les exigences du Medef qui affiche
ses ambitions d’augmenter la durée de cotisations à 41 années à l’échéance de 2012, 42 années ensuite…

Aucune ambiguïté n’existe !

Les attaques contre les régimes spéciaux ont pour finalité de créer les conditions d’une offensive contre
l’ensemble des régimes des retraites en 2008.

Il s’agit en s’attaquant aux régimes spéciaux de retraite, de monter les salariés les uns contre les autres,
pour surtout préparer une dégradation généralisée des retraites. Il s’agit d’augmenter pour tous le nombre
d’années de cotisations pour partir à la retraite (41 en 2012 conformément à la loi Fillon puis 42 et plus
après).

Il s’agit de mettre un terme au système de santé fondé sur la solidarité entre biens portants et
malades et de mettre en place, en introduisant les franchises, un système fondé sur le principe de
l’assurance : vous êtes malade et vous voulez vous soigner, alors payez ! Vous n’avez pas les moyens
eh bien tant pis pour vous ! Cette annonce de réforme en profondeur du système de santé est d’autant plus
choquante qu’elle survient après l’annonce de la cour des comptes, d’un manque à gagner de 37 milliards
d’€ pour le régime général de sécurité sociale en 2005, du fait des exonérations de cotisations sur certains
revenus versés aux dirigeants d’entreprise.

Il s’agit d’organiser la mobilité, la précarité et les licenciements en modifiant le contrat de travail à durée
indéterminée. La fusion annoncée ANPE/UNEDIC a pour finalité de faciliter ces objectifs. Elle met en cause
le service public de l’emploi (ANPE) et la gestion paritaire du régime d’Assurance Chômage.

Dans le secteur public :
- L’Etat a programmé la suppression de 22 700 emplois.
- La direction de la SNCF annonce des fermetures de gares, une réorganisation du fret qui
menace 7 000 emplois.
- La direction d’EDF-GDF fixe à 1 sur 2 le remplacement des départs en retraite. 5 000 postes
sont menacés de disparition.

Dans le secteur privé :
- L’emploi industriel stable et qualifié, couvert par un statut régresse, à l’inverse, l’emploi précaire
explose sous l’effet conjugué des politiques de sous-traitance et du recours à l’intérim.
- Les salariés du privé subissent une déqualification de leur emploi et leurs conséquences sur
le niveau des salaires.

Dans le secteur public, aucune négociation n’est programmée.
Dans le secteur privé, la situation est identique.
Il s’agit de poursuivre la politique de privatisation. Nous ne pouvons accepter la fusion GDFSuez
qui conduira à une augmentation du prix du gaz. Nous ne pouvons pas accepter non plus la politique
d’affaiblissement de notre industrie (délocalisation…), en particulier à Airbus

Dans le même temps, les marges et bénéfices des grandes entreprises s’envolent : 100 milliards en 2006
par les 40 plus grandes entreprises françaises, redistribués entre des actionnaires et des grands dirigeants
qui par ailleurs se rendent coupables comme à EADS de « délits d’initiés »

- l’augmentation des salaires, le maintien du SMIC, de l’emploi qualifié et
statutaire,
- le maintien des régimes spéciaux de retraite et des droits qui leur sont
attachés. L’Abrogation de la mesure Fillon visant à prolonger la durée d’assurance
à 41 ans en 2012, retour à la référence aux 37,5 annuités pour tous et
en tout état de cause, maintien de la retraite à 60 ans à taux plein pour tous.
- le maintien d’un réel service public de l’emploi et du système d’assurance
chômage et contre la fusion ANPE/UNEDIC,
- la reconnaissance du CDI comme le contrat de travail de référence et
contre la précarité.
- le maintien de la Sécurité Sociale solidaire et égalitaire, retrait des
franchises, non à la TVA sociale
- l’annulation des suppressions de postes dans la fonction publique, remplacement
des départs en retraite et création des postes nécessaires
- l’arrêt de la désindustrialisation (retrait du plan Power 8 à Airbus……).

Ensemble, salariés du secteur privé, agents de la fonction publique et
du secteur public… pour l’augmentation des salaires, la défense de l’emploi
et des missions de service public, il faut agir pour :


Documents joints

PDF - 126 ko
PDF - 126 ko

Commentaires  forum ferme