Atteinte au droit de grève

Réagissons malin
lundi 13 août 2007

Effet boomerang de l’atteinte au droit de grève

Les grèves traditionnelles sont devenues inefficaces car le patronat a eu le temps de développer une riposte, les moyens de les rendre impopulaires dans les médias et de manier l’arme financière imparable pour des salariés . Ces grèves traditionnelles n’embêtaient que les usagers et le patronat n’avait qu’à attendre que ces mal-payés de grévistes, sans salaire, soient bien obligés de reprendre le travail pour financer leurs crédits . Parfois le patronat était même franchement gagnant .

Maintenant l’e MEDEF, via Sarkozy, veut aller jusqu’au bout de sa logique en restreignant le droit de grève si chèrement acquis par nos grands-parents pour lui ôter le peu d’efficacité qui lui restait : il faudrait assurer un service minimum et annoncer la grève suffisamment à l’avance pour que le patronat embauche des intérimaires. Les agences d’intérim se frottent les mains et les salariés n’ont plus aucun moyen de pression .

IL FAUT DONC PASSER A AUTRE CHOSE

Il ne reste aux salariés qu’à décider, en intersyndicale, de mener d’autres actions . La plus insupportable semble être celle du ZELE, en trouvant une manière d’appliquer à la lettre toutes les réglementations internes qui se marchent sur le sac, en particulier celles concernant la sécurité, la qualité, la responsabilité. Cela s’est déjà fait et les salariés ont obtenu gain de cause car ils pouvaient tenir indéfiniment , paralysant totalement l’entreprise tout en n’étant pas en grève . Comme ils n’étaient pas en grève ils étaient donc payés, ne refusant pas d’obéir mais à condition de recevoir de leurs chefs un ordre écrit et signé de contourner comme avant la réglementation pour pouvoir fonctionner. Cet ordre écrit et signé n’arrivait jamais .

Jamais le mot "grève " n’était prononcé, seulement "si les revendications ne sont pas satisfaites avant lundi, il pourrait y avoir des conséquences fâcheuses ....( comprend qui peut ).",

Ce mode d’action est valable partout, dans les entreprises privées comme dans la Fonction Publique . On épluche tranquillement chez soi les réglementations nationales ou commerciales (merci Internet), les consignes de sécurité et celles internes à l’entreprise , on relève toutes les failles et on choisit en intersyndicale la manière la plus paralysante d’appliquer à la lettre un point de la réglementation .
S’ils arrivent à nous contrer sur ce point précis, on en choisit un autre pour continuer l’action

Quand on nous cherche, on nous trouve !