FACTEURS EN TRANSE !!!

samedi 24 mars 2007

extrait du livre de La Poste : FACTEURS EN FRANCE

CREUSE. TOME 1, page217, chronique du petit matin Nicole B aime parler, et pas seulement de la pluie et du beau temps. Aujourd’hui la canicule est au rendez vous à Soumans dans la Creuse. Alors, on ne parle que... du beau temps. Son mari est originaire du village. Fille d’agriculteurs, elle est née à quelques kilomètres, dans cette Creuse du Nord, et travaille ici depuis vingt et un ans.

“Parmi mes clients actuels, nombreux sont ceux dont j’ai distribué le faire-part de naissance ! Cela fait un drôle d’effet.” Ici, on a ses petites habitudes. L’adjoint au maire attend Nicole non loin du bureau de poste pour qu’elle lui remette son courrier en main propre. Un autre homme la guette sur le pas de
sa porte, pour prendre ses plis et lui demander l’heure.

Comme chaque matin. Au centre du bourg, Nicole croise une vieille dame qui se déplace difficilement. “Mon téléphone ne marche pas, vous pouvez faire quelque chose mon petit ?” Pour elle, La Poste, c’est toujours le bon vieux temps des PTT. Nicole fait un détour pour vérifier son installation : les piles du combiné sont épuisées. Ecrire au Conseil Général afin d’obtenir un système
d’alerte pour une personne âgée, plier des draps, expliquer des courriers... A cinquante ans, Nicole ne se lasse pas de cet aspect social de la vie des facteurs. Bien au contraire, elle le revendique, en espérant bien que cette dimension ne se perde pas en chemin.

OUI MAIS VOILA....

Presse locale : Un facteur trop serviable...

Laurent Mallard, facteur creusois, n’aurait jamais dû livrer, outre le courrier,
du pain, des cigarettes, ou acheter les journaux pour les “clients” de La Poste. Sa direction le lui a fait comprendre récemment.

Seul lien social avec l’extérieur pour des habitants isolés, notamment dans des communes rurales, le facteur tel qu’on le connait est peut être amené à disparaitre.
En témoigne cette affaire étonnante survenue au village de Royère de Vassivière en Creuse...

Laurent Mallard, 42 ans croyait pourtant bien faire et rendre service en
allant acheter du pain, des paquets de cigarettes ou le journal pour les personnes à qui il livre habituellement le courrier. La Poste vient de lui faire comprendre qu’il n’était pas dans son rôle.

“A l’occasion de la réorganisation de la distribution du courrier à Bourganeuf,
nous avons reçu la visite d’un vérificateur, chargé d’évaluer le temps que prenaient les tournées”.

“Au cours de celle-ci, j’ai eu le malheur de prendre deux paquets de cigarettes et deux journaux pour des gens. C’est humain : il s’agit de personnes démunies qui souvent ne peuvent pas se déplacer, ne possèdent pas de voiture. En l’occurence, ce jour là, un couple de retraités et un Rmiste, je voulais simplement leur rendre service”. Un service public en somme, comme on l’entend habituellement dans la plupart des communes de France. L’organisateur analyste adresse immédiatemment un
rapport qu’il transmet à la direction régionale du courrier de Limoges. Le facteur est convoqué par sa direction et intérrogé par procès verbal. On lui fait comprendre qu’il n’a pas le droit .. de rendre service.

“la Direction de la concurrence peut nous reprocher de tels actes” tente de
justifier un cadre de La Poste. “Les taxis, par exemple, pourraient râler, évoquer la concurrence déloyale de ce genre de service. Imaginez qu’on lui demande des médicaments et qu’il se trompe, qui serait responsable ?”

Dans le village de Boyères, la polémique enfle. Des habitants trouvent cette
histoire tout simplement ahurissante. Des conseillers généraux et régionaux ont d’ores et déjà apporté leur soutien au facteur qui, lui, est étonné d’une telle mobilisation. Avec un service public qui devient progressivement un service postal, les facteurs devront bientôt répondre différemment aux demandes des personnes âgées isolées, parfois dans l’impossibilité de se déplacer. “Désolé, je n’ai pas le droit de vous rendre service. C’est interdit...”
La Poste pourrait bien devenir, au final, un service public négligeant.... le facteur humain.”

Que rajouter après ça ? Ben .... Rien.... Ah si, “FACTEURS !”... Dans le dernier “Facteurs !” (canard interne à la boîte) n°7, page 2... on apprend que les auteurs de Facteurs en France ont gagné un prix, le “Top Com d’Or 2007”. “

Ce succès revient aux 108 facteurs qui ont su parler avec talent et émotion de leur métier, mais aussi à leurs 100 000 collègues qui voient ainsi leur travail quotidien mis à l’honneur et récompensé” peut-on lire dans ce magazine qui pourrait s’appeler aussi “OUI-OUI à La Poste” !

Rien à rajouter..... Ah si... peut être que les 100 000 facteurs sont écoeurés .... et soutiennent leur collègue de la Creuse...

www.sudposte75.fr