Droits des ApprentiEs

vendredi 6 octobre 2006
par  CSR

Quelques articles intéressants du Code du Travail concernant les apprentis.

Congé supplémentaire

Article L. 117 bis-5 L’apprenti est tenu de se présenter aux épreuves du diplôme ou du titre prévu par le contrat d’apprentissage. Pour la préparation directe de ces épreuves, il a droit à un congé supplémentaire de cinq jours ouvrables, pendant lequel il doit suivre les enseignements spécialement dispensés dans le centre de formation d’apprentis dès lors que la convention mentionnée par l’article L. 116-2 en prévoit l’organisation. Ce congé, qui donne droit au maintien du salaire, est situé dans le mois qui précède les épreuves. Il s’ajoute au congé prévu aux articles L. 223-2 et L. 223-3 et à la durée de formation en centre de formation d’apprentis fixée par le contrat.
L’apprenti a également le droit de se présenter aux examens de son choix dans des conditions définies par voie réglementaire.

Horaires
Article L. 117 bis-3 Les apprentis de l’un ou de l’autre sexe âgés de moins de dix-huit ans ne peuvent être employés à un travail effectif excédant huit heures par jour non plus que la durée fixée, pour une semaine, par l’article L. 212-1 et par l’article 992 du Code rural.
Toutefois, à titre exceptionnel, des dérogations aux dispositions de l’alinéa précédent peuvent être accordées, dans la limite de cinq heures par semaine, par l’inspecteur du travail, après avis conforme du médecin du travail de l’établissement.

Article L. 117-5 Toute entreprise peut engager un apprenti si l’employeur déclare prendre les mesures nécessaires à l’organisation de l’apprentissage et s’il garantit que l’équipement de l’entreprise, les techniques utilisées, les conditions de travail, d’hygiène et de sécurité, les compétences professionnelles et pédagogiques ainsi que la moralité des personnes qui sont responsables de la formation sont de nature à permettre une formation satisfaisante.
Sans préjudice des dispositions mentionnées à l’article L. 119-1, cette déclaration assortie des garanties mentionnées ci-dessus est notifiée, au moment de l’enregistrement du premier contrat d’apprentissage, à l’administration territorialement compétente chargée de l’application de la législation du travail et des lois sociales dans la branche d’activité à laquelle se rattache la formation prévue au contrat d’apprentissage, qui en délivre récépissé.
Pendant la durée du contrat d’apprentissage, l’employeur est tenu de fournir, à la demande des agents visés à l’article L. 119-1, toutes pièces justificatives du respect de sa déclaration. Celles-ci sont précisées par décret.
La déclaration devient caduque si l’entreprise n’a pas conclu de contrat d’apprentissage dans la période de cinq ans écoulée à compter de sa notification.
Le préfet du département peut, par décision motivée, s’opposer à l’engagement d’apprentis par une entreprise lorsqu’il est établi par les autorités chargées du contrôle de l’exécution du contrat d’apprentissage que l’employeur méconnaît les obligations mises à sa charge, soit par le présent titre, soit par les autres dispositions du présent code applicables aux jeunes travailleurs ou aux apprentis, soit par le contrat d’apprentissage.
Les décisions d’opposition sont communiquées aux fonctionnaires chargés du contrôle de l’application de la législation du travail et des lois sociales dans les établissements en cause, aux comités d’entreprise ou, à défaut, aux délégués du personnel ainsi que, selon le cas, à la chambre de commerce et d’industrie, à la chambre de métiers ou à la chambre d’agriculture.

Article L. 117-5-1 En cas de risque sérieux d’atteinte à la santé ou à l’intégrité physique ou morale de l’apprenti, l’autorité administrative chargée du contrôle de l’application de la législation du travail propose la suspension du contrat d’apprentissage, après avoir, si les circonstances le permettent, procédé à une enquête contradictoire. Cette suspension s’accompagne du maintien par l’employeur de la rémunération de l’apprenti. L’autorité administrative compétente en informe sans délai l’employeur et le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ou le chef de service assimilé.
Dans le délai de quinze jours à compter du constat de l’agent de contrôle, le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ou le chef de service assimilé se prononce sur la reprise de l’exécution du contrat d’apprentissage.
Le refus par le directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ou le chef de service assimilé d’autoriser la reprise de l’exécution du contrat d’apprentissage entraîne la rupture dudit contrat à la date de notification de ce refus aux parties. Dans ce cas, l’employeur est tenu de verser à l’apprenti les sommes dont il aurait été redevable si le contrat s’était poursuivi jusqu’à son terme.
La décision de refus du directeur départemental du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle ou du chef de service assimilé s’accompagne, le cas échéant, de l’interdiction faite à l’employeur concerné de recruter de nouveaux apprentis ainsi que des jeunes sous contrat d’insertion en alternance, pour une durée qu’elle détermine.
Le centre de formation d’apprentis où est inscrit l’apprenti prend les dispositions nécessaires pour lui permettre de suivre provisoirement la formation dispensée par le centre et de trouver un nouvel employeur susceptible de contribuer à l’achèvement de sa formation.

Article L. 117-7 L’employeur est tenu d’assurer dans l’entreprise la formation pratique de l’apprenti. Il lui confie notamment des tâches ou des postes permettant d’exécuter des opérations ou travaux conformes à une progression annuelle définie par accord entre le centre de formation d’apprentis et les représentants des entreprises qui inscrivent des apprentis dans celui-ci.
L’employeur s’engage à faire suivre à l’apprenti la formation dispensée par le centre et à prendre part aux activités destinées à coordonner celle-ci et la formation en entreprise. Il doit inscrire et faire participer l’apprenti aux épreuves du diplôme ou du titre sanctionnant la qualification professionnelle prévue par le contrat.

Article L. 117-9 En cas d’échec à l’examen, l’apprentissage peut être prolongé pour une durée d’un an au plus soit par prorogation du contrat initial, soit par conclusion d’un nouveau contrat avec un autre employeur dans des conditions fixées par le décret prévu à l’article L. 117-10.

Article L. 117-17 Le contrat peut être résilié par l’une ou l’autre des parties durant les deux premiers mois de l’apprentissage. Passé ce délai, la résiliation du contrat ne peut intervenir que sur accord exprès et bilatéral des cosignataires ou, à défaut, être prononcée par le conseil de prud’hommes en cas de faute grave ou de manquements répétés de l’une des parties à ses obligations ou en raison de l’inaptitude de l’apprenti à exercer le métier auquel il voulait se préparer, constatée dans les conditions fixées par le décret à l’article L. 119-4.
La résiliation pendant les deux premiers mois d’apprentissage ne peut donner lieu à indemnité à moins d’une stipulation contraire dans le contrat.

Départ légitime de l’apprenti,
RPDS 1993, p. 336, n° 582 ;


Navigation

Articles de la rubrique

  • Droits des ApprentiEs