REPRESSION ANTI-SYNDICALE SUD À LA POSTE DOTC PARIS-SUD !

jeudi 15 février 2007

Le mercredi 7 février, Sébastien BAROUX , représentant syndical SUD, passait en conseil de discipline pour avoir avisé 3 lettres recommandées en mettant comme motif "fin de service". Ce camarade, rouleur au CEDEX de Paris 13, dépassait quotidiennement sa fin de vacation sur une tournée chargée...

Condamnation : 3 mois de mise à pied ! 2 mois fermes et 1 mois de sursis ! 2 mois sans salaire pour avoir avisé 3 recommandés ! Une sanction hallucinante pour un motif aussi bidon... dans un dossier disciplinaire vide et sans récidive !

Au-delà de ce prétexte aussi futile, la direction a voulu sanctionné lourdement un militant syndical actif, reconnu de ses collègues.

Tout le conseil de discipline, simulacre de démocratie, a été un déchaînement de haine anti-syndicale. Rejet des témoignages cités par la défense, interruptions continuelles, refus de négocier une éventuelle baisse du niveau de sanction.

Sans oublier récemment une campagne de diffamation envers notre militant sur différents bureaux... Alors que les agents de Paris 13 ont exprimé leur solidarité à plusieurs reprises (pétition, délégation, prise de parole, HMI, grève, rassemblement), La Poste a néanmoins tenu à sanctionner ce militant, dans le but évident de l’écarter de l’entreprise.

L’acharnement manifeste à l’encontre de ce syndicaliste SUD nous montre une chose : les actions syndicales menées à Paris 13, comme dans d’autres centres, ont réellement dérangé la DOTC Paris Sud. Cela démontre la peur qu’éprouve notre direction des actions collectives !

La Poste a bien compris qu’ensemble, les postiers représentaient une force qui pouvait faire reculer les abus patronaux, d’où la réaction de nos dirigeants contre les syndicalistes.

Pour SUD, le tout disciplinaire à La Poste prépare les futures restructurations. La mise au pas du personnel étant un moyen de baillonner les résistances contre les suppressions d’emplois et la dégradation continue de nos conditions de travail.

C’est une stratégie délibérée et réfléchie de management. Que ce soit à Paris 11, à Bonvin CTC, à Gonesse, comme dans nombre de bureaux, on voit une envolée des conseils de discipline, des sanctions inimaginables il y a encore quelques années, une pression quotidienne au travail...

Ras-le-bol ! Nous ne nous laisserons pas faire ! Les récentes grèves à La Poste démontrent la colère des agents (salaires a minima, sous-effectif, flicage).

Si la direction croit nous faire peur, elle se trompe lourdement : l’injustice ne paie pas. SUD continuera dans sa démarche, revendicative et combative, le rôle d’un syndicat n’est pas d’accompagner les attaques patronales, mais de les combattre !

www.sudposte75.fr