Le medef se pourvoit en cassation dans l’affaire des 4 de La Rochelle

jeudi 25 janvier 2007

Le medef se pourvoit en cassation. Après 3 ans et demi de procédure, procès, appel, et d’angoisses pour les 4 mis en examen et leurs familles, le tribunal de Poitiers, reconnaissant qu’aucune charge ne pouvait être retenue contre les4, a tranché le vendredi 19 janvier 2007 :
Relaxe pure et simple pour les 4.
Le medef clame depuis le début, sur FR3, dans la presse locale, qu’il suivrait les décisions de la justice. Mais après la relaxe, le medef « change » : il critique violemment les magistrats de la Cour d’Appel de Poitiers, exerce son pouvoir de nuisance et se pourvoit en cassation.
Les conséquences de ce pourvoi : de nouveau l’attente et l’inquiétude pour 4 innocents et une procédure très coûteuse pour des travailleurs.
Mais qu’importe l’argent pour le medef : comme nous le scandons en manif "de l’argent, il y en a, dans les poches du patronat". Ce pourvoi du medef est encore un exemple d’acharnement contre les travailleurs qui luttent.

Il nous faut dés à présent organiser et développer la solidarité politique et financière.

Pour tout soutien, contacter l’UD de Charente Maritime, qui transmettra au Comité de Défense du 5 juin
mail : ud-cgt.17@wanadoo.fr


Commentaires  forum ferme

Logo de Paco
jeudi 13 décembre 2007 à 18h11 - par  Paco

Membre du comité de défense, en recherchant comment l’arrêt de la cour de cassation avait été repris sur les sites internet je tombe sur ce site où un internaute parle des salariés du medef qui ont riqué leur vie suite à l’incendie.
Si cette personne avait suivi le dossier et en particulier le jugement de La Rochelle, l’arrêt de la Cour de Poitiers elle saurait que :
Il y avait un escalier de secours qui a été emprunté par certains et que bizarement d’autres se sont retrouvés sur le toit.
Que la seule salariée qui ne s’était pas portée partie civile a été licenciée.
Enfin, qu’aucun des salariés n’a poursuivi l’affaire devant la cour de cassation, seul le medef ayant formé un pourvoi.
Je pourrais continuer à apporter d’autres renseignements sur cette ténébreuse affaire. Mais aujourd’hui justice a été rendue. Les 4 mis en examen sont définitivement relaxés.

Logo de CSR
vendredi 1er juin 2007 à 17h22 - par  CSR

En effet des excuses sont souhaitables pour avoir mis en danger la vie des salariés.

Mais en cas de grève nous perdons tous notre salaire et nous avons aussi une famille à nourrir. Quand les grévistes gagnent c’est tous les salariés qui en profitent.

vendredi 1er juin 2007 à 09h15

Vous pensez réellement que les gens qui étaient à l’intérieur des locaux n’ont pas voulu sortir des locaux, impossible de le faire.

Dans un cas comme celui là tout va très vite on a pas le temps et puis je pense que les personnes n’ont jamais pensé que le batiment prendrais feu ainsi, je ne dis pas que les manifestants l’ont fait exprès mais je ne comprends pas qu’une seule fois ils n’est pas dis pardon aux salariés du MEDEF.
Si, je dis une bétise un seul l’a fait une seule fois mais les autres ils étaient trop contant de s’en sortir.
Ils affichaient de grand sourir tant mieux pour eux
Je me demande tout de même qui sont les victimes apparement eux !
Vous ne pensais qu’à une chose le MEDEF à perdu, les idiots de patrons ont perdu génial.

Et les salariés du MEDEF ils pensent : bien voilà on aurait pu y rester la sociétée s’en fou, il n’y pas de justice ! De toute façon dès le début ils n’ont jamais excistés même sur les tractes qui circulé en ville. Ou on parlait d’eux seulement pour les dénigrer "ces idiots ils auraient pu sortir, ils l’ont fait exprès pour incriminer le mouvement"
Avez vous une seule fois entendu les salariés du MEDEF lors du procès ? Je peux vous dire NON

Moi j’apprends à mes enfants le respect et quand on fait une bétise on assume ses actes même accidentèle.

Non, je n’ai pas fait grève ce jour là j’ai une famille à nourrir si je ne travaille pas je n’ai pas d’argent et je ne peux pas me le permettre.
Et puis aller à une manif comme celle ci non merci très peu pour moi, d’ailleur je pense que beaucoup de gens on pensé comme moi ce jour là.

Logo de CSR
mercredi 30 mai 2007 à 21h38 - par  CSR

Je ne pense pas que les manifestants en voulaient au salariés du MEDEF mais plutot a ce patronat qui va nous faire travailler toujours plus pour mieux nous exploiter.

Si la situation était dangereuse, ce que l’on peut comprendre avec le feu devant la porte pourquoi ne pas avoir évacué le batiment. En cas de danger, chaque salarié a un droit de retrait pour refuser des conditions de travail dangereuse.
Mais si je comprends bien. Vous n’étiez donc pas en grève pour défendre les retraites si vous étiez a votre poste de travail ?

mardi 29 mai 2007 à 14h50

je suis révoltée de tout ça comment peut on aussi facilement oublier les personnes qui travaillaient dans les bureaux du medef ce jour là, 9 personnes qui ont risqué leur vie pour quoi et pour qui ? on peut me le dire, quelqu’un a t-il pensé une seule fois à ceux qui ont du supporter moralement ce jour là et les jours suivants. Vous qui vous dites défenseurs des droits des travailleurs et bien sachez que ces personnes sont salariées et qu’elles ont des familles, des enfants comme les soit disants 4 otages du medef, n’ont ils pas été eux aussi otages du batiment en feu.
j’espère par mon message vous avoir un peu fait comprendre que les causes justes ne sont pas toujours celles que l’on croit.

Logo de mika
lundi 19 février 2007 à 18h11 - par  mika

Ce pourvoi en cassation montre bien le vrai visage du MEDEF.

D’un côté 4 camarades qui bien malgré eux, patissent des lenteurs de la justice et qui pensent être sortis d’affaire avec ce jugement, et de l’autre le MEDEF qui n’accepte pas sa défaite (pensez donc, se serait trop demandé à ces patrons prétentieux et cupides, qui pensent être au-dessus des lois) et qui à coup de milliers d’euros, s’acharnent sur nos militants.

Et c’est pour cette raison que je ne me courberai jamais devant cette secte avide de pouvoirs et d’argents, et que je ménerai la lutte syndicale jusqu’à la fin de mes jours.

Je souhaite bon courage à tous ceux qui luttent, et d’un même pas en avant nous gagnerons.

Bon courage à nos 4 camarades (et à leurs familles), nous les soutiendrons jusqu’au bout face à ce tourment.

Un camarade C.G.T